La clef des hauts de Gérard Bertuzzi

Résumé : Drame à Pierrefonds dans l’Oise, un adolescent a été poignardé et s’est vidé de son sang au sommet d’une des tours du château. L’endroit est inaccessible. Seuls le gardien-chef et le conservateur ont la clé des hauts qui permet de monter sur les toits du monument. Les clés n’ont pas été volées. Comment l’assassin a-t-il fait pour attirer sa victime à cet endroit en pleine journée sans se faire remarquer ? Le mystère reste entier et un autre meurtre est commis dans l’enceinte du château. Personne n’imagine que c’est le début d’une série…

Ce roman relate une histoire sur des meurtres fictifs au sein du Château de Pierrefonds. Vous comprenez donc pourquoi j’avais envie de lire ce livre, que j’avais acheté à la boutique du Château de Pierrefonds pendant que j’y travaillais ! 😉 J’avais surtout hâte de voir comment aller être décrit les différents lieux du Château, que ce soit dans le circuit de visite de base pour les visiteurs et aussi au niveau du « hors-circuit » que seuls les employés peuvent voir ! ^^ Et je dois dire que de ce côté-là, je suis comblée ! 🙂 Tout est bien détaillé et on imagine bien les macabres découvertes du Château de Pierrefonds dans ce livre ! ^^

En plus du fait que le Château est bien représenté, il y a aussi que le Château joue un rôle important dans l’histoire qui m’a beaucoup plu ! Le Château est un personnage à part entière, le réel et seul témoin de tous les meurtres qui sont commis à l’intérieur des murailles infranchissable de la citadelle ! Et en dehors du Château, il y en a du monde niveau personnages ! En même temps, comme tout bon Polar qui se respect, il faut un minimum requis de personnages pour avoir plusieurs suspects, mais aussi pour avoir de potentiels futures victimes ! L’histoire avec son terrain de jeu gigantesque, nous fait penser à une énorme partie de « Cluedo« , dont on va avoir toutes les pièces du puzzle au fur et à mesure que les chapitres avancent ! 🙂 Une vraie réussite de ce point de vue là !

Par contre, c’est justement au niveau des personnages que l’on peut regretter certains détails. Les gendarmes dans le roman sont la bonne surprise dans les personnages. Ils font bien leur boulot, prennent le temps de bien regrouper toutes les preuves, témoignages, interrogatoires et informations avant de suspecter quelqu’un, et ont les bonnes intuitions et théories sur l’affaire ! Mais les aléas de la vie policière retardent l’enquête : manque de preuves, des alibis en béton pour leurs suspects… Ce qui conduit l’enquête à durer des années ! C’est une autre chose que j’ai aimée dans ce livre : c’est sa logique et son réalisme ! Le fait qu’une enquête dure des années est souvent ce qui se passe dans la réalité, tout comme pleins d’autres détails du roman qui nous immerge plus facilement que certains autres Polars qui sont parfois trop romancés !

Autrement, nous avons les différents personnages qui vont servir de suspects, de futures victimes et les intermédiaires entre eux et la gendarmerie. Mais, là où j’ai eu du mal avec ces personnages, c’est qu’on arrive pas spécialement à s’attacher à eux ! Même dans les moments où on devrait se sentir concerné, où on les suit dans leurs vies, qu’on comprend pourquoi ils réagissent et agissent comme ils le font, je n’ai pourtant pas réussi à m’investir et à m’attacher à ces personnages. Ce qui fait, qu’on se soucis pas assez de ce qui pourrait leur arrivaient au fil des pages et c’est bien dommage !

Surtout que l’intrigue et le mystère sont si bien distillés dans l’histoire. Pas a un seul moment, on ne s’ennuie, tellement on veut savoir : Qui ? Pourquoi ? Comment ? (car oui, même si j’avais deviné certaines choses, pour une fois, je peux pas dire que j’avais deviné la révélation sur le mystère du Château de Pierrefonds ! ^^). La 2ème partie du roman, qui nous ramène dans le passé, répond à ces questions avec brio ! La fin est, par contre, un petit peu de trop, car elle se veut moralisatrice, alors que la 2ème partie du roman, nous avait convaincu d’une certaine forme de justice au vu de mobiles plus que valable de la part du/des assassins de Pierrefonds. Par contre, ne vous attendez pas à de la grande littérature non plus en ouvrant cet ouvrage ! C’est un livre bien écrit, un bon Polar qui tient en haleine, mais ça s’arrête là ! Vous n’aurez pas de frissons comme dans un bon Thriller ou des révélations dantesques comme dans des classiques du Polar. C’est une lecture sympa et assez bien travaillée, mais rien de vraiment exceptionnel ne ressort à la fin de cette lecture.

Bilan : Un bon petit Polar qui devrait plaire à ceux qui aiment le genre ou qui voudrait ce lancer dans un Polar sans prise de tête. Le roman a un côté réaliste très appréciable, qui compense le manque de profondeur des personnages. Le Château de Pierrefonds est bien représenté et fait un parfait décor pour ce Cluedo revisité. Une histoire qui vaut le coup d’être découverte, même s’il n’ajoute rien d’exceptionnel dans le genre du Polar. Et pour ceux qui aiment le Château de Pierrefonds, comme moi, vous serez comblée par cette enquête au sein de cette citadelle ! 🙂

Nombre de pages :  153 pages

Note : 7/10

51-by-7eR3L._SY344_BO1,204,203,200_

Citations de ce livre (ATTENTION, risque de SPOILERS sur la lecture, vous êtes prévenus !) :

Chênes, charmes, hêtres entrent en compétition pour faire du plus grand massif forestier d’un seul tenant de France, un Eden que personne ne traverse jamais dans l’indifférence.

« Des nombres qu’un homme ne peut oublier ! ». L a clef de cette énigme, c’est la clef des hauts, porte ouverte sur le féodal Himalaya que représentent pour François et lui les deux tours de guet.

Il a l’impression qu’il ne connait pas bien sa mère, qu’il ne connaissait pas bien ses parents.Il les croyait éternels, irréprochables, et en quelques mois, ses certitudes d’enfant s’étaient écroulées.

Publicités