Ne le dis à personne… d’Harlan Coben

Résumé : Imaginez… Votre femme a été tuée par un serial killer. Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme. Vous cliquez une image… C’est son visage, au milieu d’une foule, filmé en temps réel. Impossible, pensez-vous ? Et si vous lisiez « Ne le dis à personne… » ?

Ayant vu son adaptation en film il y a plusieurs jours, j’ai décidé de vous parler du seul livre de l’auteur Harlan Coben que j’ai lu à ce jour : « Ne le dis à personne… » ! Je l’ai lu il y a environ 8 ans maintenant (et oui, ça date !) et même si, ce n’est pas une lecture que je trouve catastrophique (loin de là même !), il y avait suffisamment de chose qui ne m’ont pas fait adhérer à l’univers créé par Harlan Coben. Par conséquent, cela ne m’a pas donnée envie de lire d’autres romans de l’auteur !

J’ai pourtant regardé la série anglaise « The Five » que l’auteur à créé de toute pièce pour la chaîne anglaise ITV (et que j’ai adoré, soi dit en passant ! ^^) pour lui donner une seconde chance avec son style d’histoires, mais hélas, j’ai retrouvé les mêmes travers que je n’appréciais pas dans « Ne le dis à personne… » !

Je tiens à préciser, que je ne déteste pas le livre, au contraire : le postulat de départ est bon, les personnages sont bien travaillés, le suspense et le rythme sont haletants… En gros, tout ce qu’il faut pour faire un bon Thriller, comme je les aimes. Hélas, la sauce n’a pas entièrement pris avec moi et c’est bien dommage ! Je ne peux pas dire que ce fut une mauvaise lecture, car il y a trop de points positifs au niveau du récit et dans l’écriture d’Harlan Coben. Par contre, je suis déçu du résultat, au vu de comment on m’a vendu l’auteur comme étant un des meilleurs écrivains de Thrillers !

Personnellement, je trouve que cet auteur a un trop gros défaut dans son style de récit : une conclusion qui n’est pas digne d’un Thriller ! Je vais m’expliquer, parce que j’ai un avis assez personnel sur la question et que je suis sûr que les fans de l’auteur ou de ce livre ne seront pas d’accord avec moi. Pour moi, un Thriller doit se conclure d’une façon « No Happy-Ending/Anti Happy-Ending », ou alors, que si ça se termine « bien » pour le/les héro(s), qu’ils soient au moins « traumatisés » ou qu’ils aient des « séquelles » (principalement psychologiques). Et je n’ai pas du tout retrouvé ça dans « Ne le dis à personne…« . Je ne veux pas spoiler (surtout que je parle de la fin), mais pour moi, c’est beaucoup trop une fin à la « Happy-Ending » ! Ce qui ne correspond pas à ma définition d’un bon Thriller. D’ailleurs, le roman était tellement bien pendant la première moitié, que j’avais voulu découvrir un autre roman pour me faire une idée définitive sur Harlan Coben, mais connaissant une personne fan de l’auteur, elle m’a conseillé de ne pas le faire, si j’avais été déçu de ce type de fin, car l’auteur concluait très souvent avec des Happy-Ending (ce que j’ai pu confirmer avec la série The Five) !

Sinon, l’autre travers de l’histoire que j’avais remarqué (et se sont les deux seuls, je vous rassures ! ^^), c’est que pour une personne comme moi, qui lit énormément de Thrillers, on voit beaucoup de choses arriver à l’avance et la résolution du mystère en paraît bien trop simple au final. Je ne dis pas non plus que j’ai tout vu venir, se serait exagéré, mais disons que certains rouages du Thriller se font trop sentir, et pour quelqu’un qui a l’habitude de ce genre de lecture, on peut regrouper un peu trop facilement les indices ensemble, avant même que des explications soient données. Un exemple flagrant dans ce roman, c’est le trop grand nombres de personnages et d’histoires secondaires présentés au fur et à mesure de la première partie.

On se doute bien qu’il y a un rapport entre toutes ces histoires et ces personnages, même si, on voit pas ce qui les relit et que même parfois, on essaye de nous faire croire le contraire. Je sais que c’est très difficile de ne pas tomber dans ce genre de piège, mais encore une fois, j’aurais peut-être été plus indulgente si on ne m’avait pas sur-vendu le nom d’Harlan Coben !

Mais, je dois avouer qu’il n’y a pas que des défauts, loin de là, dans l’écriture d’Harlan Coben. Déjà, il a un très bon sens du rythme. Il sait quand il doit faire évoluer ses personnages, donner des informations (ou pas), ralentir ou augmenter la vitesse des événements de son récit… Pour ça, il a vraiment du talent ! 🙂

Il sait aussi écrire ses personnages et de leur donner de la consistance. Il peut y avoir un ou deux personnages caricaturaux, mais ses personnages principaux sont vraiment dépeints avec beaucoup de justesse et de réalisme (sauf pour les rares cas). Ils sont ni plus, ni moins, des êtres humains avec leurs qualités/beautés et leurs défauts/laideurs que représente l’humanité dans toute sa splendeur. Par exemple, dans « Ne le dis à personne…« , le héros, David, est un homme tout ce qu’il y a de plus normal avec ses qualités, comme le fait qu’il soit très bon dans son travail de pédiatre, qu’il n’a aucun préjugés sur les choix de vie de son entourage, qu’il soit un homme fidèle en toute circonstance… Mais, il a aussi ses imperfections comme sa relation houleuse avec sa sœur, le fait qu’il n’a pas fait assez attention pour voir les problèmes de sa femme, et prendre des décisions téméraires.

Il y a aussi Elizabeth, sa femme disparue, qui est loin d’être un ange et qui a un caractère très fort qui l’ont conduite à prendre des décisions drastiques et dangereuses. Ou encore la meilleure amie de David, haute en couleur, et qui même si elle ‘arrive pas à rester fidèle à sa femme (qui est également la sœur de David), elle est d’une fiabilité à toute épreuve quand il s’agit de ses amis !

Les personnages secondaires sont d’aussi bonne facture, comme l’avocate de David, qui est d’une efficacité redoutable, un flic qui réussit à démêler le bazar qu’est devenu l’enquête ou le père de famille délinquant qui s’avère d’une grande aide pour ses proches.

En fait, Harlan Coben est un bon écrivain et c’est un bon auteur de Thriller, mais c’est juste ses conclusions qui retirent un peu de la superbe de son récit. Car, tous les éléments sont là : un héros auquel on s’identifie ou pour qui on a de l’empathie, un pitch de départ prenant, un suspense vraiment bien mené et des révélations, qui même si elles sont prévisibles, restent très efficace. Je pense que je redonnerai une chance à l’auteur un jour, pour tous ces points positifs que j’ai nommé, et je serai peut-être moins déçu maintenant, sachant quel genre de fin il privilégie.

Bilan : Donc, une « petite » déception pour ma part, mais vraiment rien qui m’a empêché d’apprécier ce roman. Pour ceux qui n’ont pas l’habitude de lire des Thrillers, ce livre peut être une bonne entrée en matière avec une écriture digne d’un bon polar. Par contre, pour les rodés comme moi, si vous avez le même genre de point de vue que moi sur la conclusion d’un Thriller, vous risquez de ne pas adhérer à la fin… Mais, je trouve que c’est tout de même un auteur à tenter ou à découvrir au moins une fois pour se faire son propre avis (et pas obligatoirement avec ce roman-ci). « Ne le dis à personne… » est un bon roman et un bon Thriller durant les 3/4 de son histoire, mais qui hélas, s’égare dans sa dernière partie, pour conclure d’un façon un peu trop « tiré par les cheveux » selon moi. Alors, je vous dis : testez-le si l’intrigue vous donne envie et si vous voulez voir une fin un peu plus positive qu’accoutumé pour un Thriller.

Nombre de pages :  431 pages

Note : 6,5/10

bm_CVT_Ne-le-dis-a-personne_1350

Citations de ce livre (ATTENTION, risque de SPOILERS sur la lecture, vous êtes prévenus !) :

Elle m’a tendu le couteau, et j’ai gravé la treizième encoche sur l’arbre. Treize. Avec le recul, c’était peut-être bien prémonitoire.

Comme je l’ai mentionné, je ne juge pas. Ce qui ne m’empêche pas d’observer.

J’ai également décidé de prendre le dernier e-mail au sérieux. Ne le dis à personne. Si le pourquoi du comment de cette histoire m’échappait totalement, le lien que j’avais établi m’apparaissait effroyablement ténu.

Je savais quoi faire mais c’était reculer pour mieux sauter.

 

Publicités