Fargo

Un film de Joel et Ethan Coen

Année de sortie du film : 1996

Pays de production : Etats-Unis et Royaume-Unis

Durée du film : 1h38 ou 98 minutes

Genre : Policier, Humour noir, Thriller

Casting : William H. Macy (Jerry Lundegaard), Frances McDormand (Marge Gunderson), Steve Buscemi (Carl Showalter), Peter Stormare (Gaear Grimsrud), Harve Presnell (Wade Gustafson), John Carroll Lynch (Norm Gunderson), Kristin Rudrüd (Jean Lundegaard), Tony Denman (Scotty Lundegaard), Larry Brandenburg (Stan Grossman), Bruce Bohne (Lou), Cliff Rakerd (l’agent Olson) et Steve Reevis (Shep Proudfoot)

Résumé : Un vendeur de voitures d’occasion endetté, Jerry Lundegaard (William H. Macy), fait enlever sa femme Jean (Kristin Rudrüd), par deux petites frappes, Gaear et Carl (Peter Stormare et Steve Buscemi), afin de toucher la rançon qui sera versée par son richissime beau-père, Wade Gustafson (Harve Presnell). Mais le plan ne va pas résister longtemps à l’épreuve des faits et au flair d’une policière enceinte, Marge Gunderson (Frances McDormand)…

Bande annonce du film en VOSTFR : 

Etant fan de l’univers des Frères Coen et de la série Fargo, je me dois de vous parler du film Fargo, qui a donné naissance à la merveilleuse série du même nom, et qui est aussi, un des meilleurs films (si ce n’est le meilleur !) des Frères Coen ! 😉

fargo

Pour commencer, il faut savoir que les films (et autres projets) de Joel et Ethan Coen sont très « spéciaux »… Pour résumé, le genre n’est pas fait pour tout le monde  ! Déjà, il ne faut jamais prendre au 1er degré leurs histoires, sinon vous allez vite déchanter et trouver ça complètement absurde ! Ce qui rend justement spéciales leurs histoires, c’est le fait qu’ils se basent sur des personnages atypiques (et il faut l’avouer, assez déjanté !), un univers particulier, où la violence et l’imbécillité font bon ménage (ou pas), et tout cela est traité et raconté par le plus grand atout des Frères Coen : l’humour noir ! 🙂 Personnellement, je suis une grande fan et adepte de l’humour noir, et je dois dire que de ce côté-là, les Frères Coen me comble de joie ! 😉 Mais, pour ceux qui trouvent ce genre d’humour lourd, insultant, ou pas drôle, passé votre chemin, les films des Frères Coen et la série Fargo ne sont pas fait pour vous !

Fargo49

Le film Fargo se passe en 1987 (soi environs 20 ans avant la série) et nous raconte une histoire abracadabrantesque, sur un loser du nom de Jerry Lundegaard qui, ayant des problèmes financiers, pense avoir trouvé une solution qui ne peut que fonctionner : faire kidnapper sa propre femme, pour que son beau-père paye la rançon, et que cet argent devienne son argent à lui ! Voilà sur quoi va s’articuler le film, parce que, bien entendu, rien ne se passe comme prévu ! A cause de personnes qui en veulent trop ou toujours plus, ceux qui mettent des couteaux dans le dos, ceux qui se mettent en travers du chemin de la personne qu’il ne fallait pas énerver… Le massacre en masse n’est jamais loin ! 😉 Pourtant, ça partait avec un « bon » plan, qui aurait pu, en toute logique, marcher comme sur des roulettes. Mais hélas, pour les personnages, cela ne se passera pas du TOUT comme escompté…

fargo-film-1996-Frances-McDormand-est-Marge-Gunderson

En parlant de tous les morts que va produire cette horrible décision de Jerry, je vous garantis que vous allez pourtant bien rire devant ce « petit » (je devrais plutôt dire : énorme !) massacre. Car, en plus de son humour noir parfait, le film nous montre que l’on peut rire de tout, tant qu’on sait comment raconter l’histoire. Pour Joel et Ethan, leur humour noir passent d’abord par les situations on ne peut plus invraisemblables et loufoques, que par leur personnages complètement décalés, à côté de leur pompes, ou carrément déjantés !

fargo09

Celui par qui tout commence, c’est Jerry Lundegaard, interprété par un William H. Macy parfaitement crédible et en grande forme ! C’est un loser, qui n’a rien de particulier et qui en plus, commence à être ruiné. Là, il trouve cette idée folle pour avoir de l’argent, et par la même occasion, détroussé son beau-père, qu’il méprise au plus haut point ! Un de ses employés, lui trouve les fameux malfrats qui vont un peu trop prendre des initiatives dans cette tâche…

On pourrait se dire : « pauvre Jerry » (d’ailleurs, c’est ce qu’on pense dans la première partie du film), mais ses décisions ont été le déclencheur du bordel monstre que va vivre cette petite ville tranquille du Minnesota. En même temps, s’il n’avait pas voulu rouler de 960 millions de dollars de dangereux criminels, ça ne se serait peut-être pas arrivé ! 😉 C’est avec un plaisir coupable, que l’on voit l’univers de Jerry tourner au pire cauchemar ! 🙂

fullwidth.75bcecdd

Les deux malfrats, incarnés par Steve Buscemi et Peter Stormare, sont juste géniaux dans leur incapacité à réfléchir correctement, surtout en moment de crise ! Ils sont violents, impatients, colériques, mais ils sont tellement drôle avec leurs réflexions et décisions à la con (désolé pour le langage, mais il n’y a pas meilleur terme !). 🙂 Rien que pour la scène où ils enlèvent la femme de Jerry, ça vaut le coup d’œil ! 😉 D’ailleurs, pauvre femme, elle en aura vu de toutes les couleurs jusqu’au bout avec eux ! ^^

Fargo-1996-1

Et dans tout ça, on a Marge Gunderson, la flic bien sympa, bien consciente de ce qui se passe avec Jerry, et aussi, bien enceinte ! Elle a un charme unique que Frances McDormand fait passée à merveille à l’écran. On a envie que de deux choses : qu’elle arrive à clore l’enquête et qu’elle survive dans cette hécatombe de cadavres ! Ses meilleures répliques sont sûrement quand elle est avec ses collègues qui sont tellement abrutis, incapables et idiots ! On se demande bien comment ils ont réussi à devenir flics ! Marge Gunderson : la voie de la raison dans ce film remplit de brutes et d’idiots !

Fargo-1996

Ce film est unique dans son genre. Même si parfois, on sent quelques longueurs dans le récit, on ne s’ennuie pas devant ce bordel sans nom, qui n’arrête pas de prendre de l’ampleur, jusqu’à la fin. Quasiment tout le monde à ce qu’il mérite à la fin, et c’est là qu’on se rend compte que les victimes de ce bain de sang sont TRÈS nombreuses ! Si vous ne comprenez pas la citation : « chaque décision ou choix peut avoir ses conséquences », après ce film, vous le comprendrez ! ^^

Steve-Buscemi-dans-Fargo

Bilan : Un excellent film, pour ceux qui aiment l’humour noir et la satire. Un casting de premier choix pour des personnages des plus originales. Une montée en tension agréable à voir, tellement elle est bien maintenue jusqu’au bout. Et je tiens à rassurer les personnes qui n’aiment pas les effusions de sang, il n’y a rien de choquant a ce niveau-là, les scènes où les personnages meurent restent « soft ». 🙂 Un film que j’ai adoré, et même si je l’ai moins aimé que la saison 1 de la série Fargo (que j’avais vu avant), cela reste un très bon divertissement qui mérite à être plus connue. J’ai été comblée de retrouver cette ambiance et des intrigues dignes de sa magnifique consœur : la série Fargo ! 🙂

Note : 9/10

69199329_af

Petits + : 

Fargo est l’objet de canulars imaginés par les turbulents et malicieux Frères Coen. Ainsi, le générique de début présente le film, comme étant inspiré d’une histoire vraie, alors qu’une annonce au générique de fin annonce qu’il s’agit en fait d’une fiction.

Frances McDormand et Joel Coen sont mari et femme dans la vraie vie ! Ils collaborent sur beaucoup de films depuis toujours, puisqu’elle a joué dans le tout premier film des Frères Coen : Sang pour sang !

Frances McDormand reçoit l’Oscar de la meilleure actrice en 1997 pour, justement, son rôle dans Fargo : Marge Gunderson !

La série Fargo, avec Martin Freeman et Billy Bob Thornton a débuté en 2014 sur la chaîne FX. Présenté comme un « remake » de ce film, il n’en est rien, c’est bien une suite « directe » au film ! L’histoire se passe environs 20 ans plus tard, mais les événements du film ont bien eu lieu dans la série ! Vous découvrirez notamment, ce qui est arrivé au million de dollars après la fin du film ! 😉

Et voici, la musique mythique du film Fargo, « North Dakota » de Carter Burwell :

 

Publicités